Le Petit Républicain

12 janvier 2013

Lettre ouverte à Gérard ... (Depardieu, évidemment !)

gerard_depardieu003

Mon Cher Gérard,

Quand je t'ai rencontré voici déjà de bien nombreuses années, tu étais déjà un grand acteur. Mais je n'aurais jamais imaginé que tu puisses être un jour le plus grand acteur du Monde. Oui, je dis bien, le plus grand acteur du Monde à l'heure d'aujourd'hui. Que ce soit au théâtre et particulièrement au cinéma, tu as créé et interprété les rôles les plus difficiles et les plus contrastés, avec un talent phénoménal.

Je ne reviendrai pas sur aucun de tes films ou téléfilms dont tu as toujours assuré le succès avec majesté et à chaque fois sans aucune faille. Ils sont si nombreux qu'il faudrait sans doute plusieurs écrits de milliers pages pour en parler. Mais prenons plutôt en référence les statistiques et le résultat reste édifiant : 59 films de plus de 1 million d'entrées ; 36 films de plus de 2 millions d'entrées ; 20 films de plus de 3 millions d'entrées ; 13 films de plus de 4 millions d'entrées ; 10 films de plus de 5 millions d'entrées ; 6 films de plus de 6 millions d'entrées ; 4 films de plus de 7 millions d'entrées ; 2 films de plus de 8 millions d'entrées ; 1 film de plus de 9 millions d'entrées ; 1 film de plus de 10 millions d'entrées. EXTRAORDINAIRE. Du jamais vu !

Et pourtant aujourd'hui, certains désirent de contester, te critiquer, te désapprouver même dans tes choix et dans tes idées.

La France est un Pays libre. L'Europe est un aussi continent libre avec Maastricht et l'espace Schengen. La liberté existe donc pour chaque citoyen de toute la communauté européenne, avec la possibilité de faire ce qu'il a envie de faire, et à ma connaissance, personne ne s'en plaint.

Mon Cher Gérard, pourquoi n'aurais-tu pas le droit de disposer de ta vie privée comme bon te semble pendant que chacun de nous défend à chaque instant ses libertés individuelles ?

Tu pars en Russie ? C'est ton choix et personne ne peut se permettre de le contester. Quant à ceux qui te critiquent à ce sujet, sous prétexte que tu t'en vas dans un Pays peu enclin à la démocratie, ils devraient examiner la situation de plus près. N'y-a-t-il pas de nombreux français, chefs d'entreprises ou simples particuliers qui sont partis s'installer en Chine, un État encore moins démocratique que la Russie ? Et qui émet alors une quelconque réprobation ? Personne ! Même pas les soi-disant républicains ou démocrates issus des partis de gauche qui parlent sans cesse au nom des libertés du peuple, de la justice et des égalités sociales et qui, au final ne s'opposent jamais aux pays dirigés par une dictature.

Mon Cher Gérard, certains acteurs de gauche, se sont permis de s'indigner contre ton comportement qu'ils jugeaient contraire à la citoyenneté. Qu'ils regardent mieux autour d'eux, et ils verront facilement que certains de leurs amis, comédiens, chanteurs ou sportifs de haut niveau, issus de toutes sensibilités politiques sont partis à l'étranger pour un simple exil fiscal.

Alors, je constate que durant de très longues années, tu as payé de lourds d'impôts. Certes, c'est logique, puisque tu gagnais beaucoup d'argent. Mais ce qu'on oublie souvent, c'est qu'en dehors de ton engagement de contribuable, tu as donné le maximum à la France au niveau des arts, du cinéma ou même du théâtre.

Notre Pays peut être fier de toi, comme il le fut déjà par le passé avec ceux ou celles qui ont fait rayonner la culture dans le Monde.

Mais (car il y a un mais) il existe un problème qui est directement le tien : contrairement à d'autres, tu possèdes un tempérament peu commun : populairement on dira que tu as « une grande gueule ». Tu n'as pas peur de dire « tes vérités », d'accuser quand c'est utile au risque de choquer, et de ne jamais t'excuser lorsque tu estimes être dans ton bon droit. . En fait, tu déranges, ce que certains n'apprécient pas du tout.

Alors, mon cher Gérard, les médias ont fait beaucoup de bruit autour d'une affaire qui, au fond n'avait pas grande importance. Les « départs fiscaux » sont courants en France, depuis de nombreuses années. Ton cas n'est pas exceptionnel et c'est dommage que l'on ait pu te montrer du doigt, sans raison véritable.

Il est clair que tout ce scandale qui a été créé autour de toi, n'est qu'un reflet d'une société égarée et en souffrance. Mais quoi qu'il en soit, tu restes toujours l'immense acteur que chacun de nous connaît, et qui honore entièrement le cinéma français … même si tu possèdes aujourd'hui un passeport russe !

« Je suis un citoyen du monde », répètes-tu souvent. Et c'est ici que nous demeurons satisfaits de cette phrase qui scelle en quelques mots ta vérité identité planétaire.

Mon cher Cher Gérard, tu étais déjà une formidable star internationale, mais parfois nous aurions eu tendance à l'oublier. Grâce à Jean-Marc Ayrault, devenu le spécialiste des bourdes et des faux pas, tu as été élevé au rang de super star des dieux du cinéma, des arts et des lettres.« MINABLE », un mot si « minable » dans la bouche d'un premier ministre irréfléchi qui t'aura apporté finalement la consécration universelle.

Pierre-Alain Reynaud

Site internet : www.pierre-alain-reynaud.com

Mail : cafe.republicain@gmail.com  

 

 

 

Posté par lerepublicain à 20:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

31 décembre 2012

Noël d'abondance : les pauvres sont-ils oubliés ?

noel_champs_elysees004

Depuis quinze jours au moins, les chaînes de télévision nous présentent la fin de l'année 2012 comme un moment quasiment idyllique. Les images qui nous sont transmises soulignent en permanence une France riche qui dépense largement dans l'achat de cadeaux en tous genres, dans l'habillement, les parfums haut de gamme, ou encore dans les séjours coûteux à la montagne ou à l'étranger.

A Paris, boutiques et magasins de luxe seraient dévalisés à en croire les témoignages qui nous parviennent à chaque instant sur nos petits écrans. C'est clair, la France vit dans l'opulence et cette année, c'est encore mieux que l'année précédente … malgré la crise ! Autant dire que la récession semble utile à la vie économique ...

Alors, sommes-nous dans l'austérité ? Pas vraiment à partir de ce que l'on voit ! D'ailleurs, le gouvernement est le premier à le proclamer, et les médias ne se lassent pas de nous projeter des français heureux et dépensiers dont les soucis ne sont que … broutilles !

Pourtant, il y a au milieu de ces fastes, quelques problèmes de société. Mais quels problèmes importants ? Des chômeurs certes, des personnes en difficulté sociale, des seniors isolés et abandonnés, des familles qui n'ont plus de toit et qui vivent dans la misère. Mais cette catégorie de citoyens n'est-elle pas marginale ? On pourrait presque le croire !

Hier soir, au journal de France 2, un reportage nous emmenait dans une station de ski des Alpes qui fait le plein de vacanciers … et qui refuse du monde ! Le reportage est édifiant, mais reste banal puisque chaque jour les médias nous disent et nous redisent que l'argent coule à flot que ce soit dans le commerce de ville ou de montagne.

Conclusion : Les français sont de grands privilégiés par rapport à aux grecs, aux espagnols ou aux italiens. « La France pauvre çà n'existe pas ! Non, Monsieur, çà n'existe pas ou si peu ! » La preuve ? Ce sont les affluences record dans les grands magasins, les énormes bouchons de la circulation routière, les longues files d'attente dans les aéroports ou les queues interminables au pied des pistes des stations les plus huppées.

« - Pardon ? Vous avez dit que certaines personnes vivent dans la précarité ? … Mais, Monsieur, tout le monde en a conscience. D'ailleurs, le phénomène est-il nouveau ? Il y a des siècles que la misère existe, et elle existera toujours »

Oui, Noël refuse la misère. Noël tire un trait sur l'exclusion, sur la détresse, sur l'indigence. Noël rejette l'infortune, la laideur, le dénuement ou la déchéance. Noël écarte la douleur, le chagrin, la disgrâce. Noël repousse les drames de la solitude et de l'isolement.

Noël est devenu individualiste, voire égoïste. Le Noël païen a pris très largement le pas sur le Noël chrétien qui se veut logiquement un temps de paix, de solidarité et de partage. Mais, hélas, les choses sont autrement !

Ainsi, Noël est devenu une affaire typiquement commerciale, un vrai business de société.

C'est ce que déclarent aujourd'hui plus de 83 % des français, et c'est là où se situent les véritables problèmes liés au libéralisme, à la morale citoyenne, aux valeurs républicaines, et au final à l'inquiétant destin d'un peuple qui se détruit peu à peu.

Pierre-Alain Reynaud

Site internet : www.pierre-alain-reynaud.com

Mail : cafe.republicain@gmail.com  

 

Posté par lerepublicain à 15:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

12 décembre 2012

Ces illuminations qui narguent les pauvres ...

illuminations003

Plus de trois millions de chômeurs en France ! Plus de huit millions de personnes qui vivent sous le seuil de pauvreté ! Et combien de familles et de personnes âgées qui vivent dans le dénuement complet !

Pendant ce temps, Paris s'illumine, Lyon s'illumine, Marseille s'illumine, Toulouse s'illumine comme toutes les autres grandes villes de France. Cette débauche de lumières et de décorations et de strass devient indécente face à la crise que nous subissons de plein fouet depuis plus de trois ans.

A titre d'exemple, prenons quelques cas et tout spécialement ceux de Marseille, Nice, Nantes ou Strasbourg :

1/ Marseille. Coût des installations 760.000 €. Coût de la consommation : non communiqué. Durée des illuminations 39 jours. Durée quotidienne d'éclairage environ 6 heures.

2/ Nice. Coût des installations 1.520.000 €. Coût de la consommation : non communiqué. Durée des illuminations : 44 jours. Durée quotidienne d'éclairage : environ 6 h 30.

3/ Nantes. Coût des installations 600.000 €. Coût de la consommation 3000 €. Durée des illuminations : 53 jours. Durée quotidienne d'éclairage : environ 8 heures.

4/ Strasbourg. Coût des installations 450.000 €. Coût de la consommation : 13.200 euros. Durée des illuminations : 51 jours. Durée quotidienne d'éclairage : environ 10 heures.

J'arrêterai donc ici ces énumérations, tellement elles seraient longues, si je devais toutes les citer.

Face à ces dépenses somptueuses, parfois folles même, il existe une foule de gens qui vivent chaque année un Noël et un Nouvel An dans l'exclusion la plus totale, n'ayant pas les plus petits moyens pour profiter convenablement de ces fêtes de fin d'année.

Mais que pensent les citoyens de la rue et tout spécialement ceux qui s'embourgeoisent ?

En fait, à une époque où l'on parle sans cesse de solidarité nationale ou de partage, le comportement de la plupart d'entre nous est devenu très individualiste. Un vieux proverbe disait « Chacun pour soi et Dieu pour tous ! ». Aujourd'hui, notre société est pire que celle d'autrefois en raison de l'esprit d'élite et de hiérarchie qui s'est développé voici quelques trente années. Ce qui entraîne évidemment un rejet involontaire certes, mais bien réel d'une classe sociale défavorisée que l'on ignore volontiers.

Cependant, si le comportement humain n'est pas toujours à la hauteur des espérances de la démocratie, les pouvoirs publics par contre devraient réagir pour apporter le secours et le réconfort à tous ceux et celles que l'existence a laissé en bordure du chemin. Ainsi, en cette période de Noël où les actions humanistes devraient être plus nombreuses que jamais, les communes pourraient être les premières à donner l'exemple en diminuant certaines dépenses accessoires telles que les illuminations de rues, afin d'apporter une aide à toutes les personnes en difficulté : familles démunies, parents isolés, personnes âgées sans ressources, étrangers en situation d'errance, etc … Mais les mairies restent trop souvent aveugles et sourdes à la détresse humaine !

A ce début de 21ème siècle, il n'est donc plus admissible que la pauvreté augmente chaque année, alors que le faste s'étale de partout, et spécialement dans les lieux publics que gèrent les administrations territoriales de notre Pays.

En fait, demandez aux pauvres ce qu'ils pensent des illuminations de Noël ; la réponse sera claire et sans équivoque. Ils n'y voient aucun plaisir ni aucun bonheur. A noter même que nombreux de ces laisser pour compte, déclarent se sentir encore plus infortunés et plus abandonnés en ce temps de fêtes, ce qui ne fait qu'augmenter leur douleur et leur désarroi.

Les pauvres ne connaissent par les miracles ou … si peu ! Et ce n'est pas de nouveau en ce Noël 2012 qu'ils découvriront une lumière d'espoir.

En évidence, le constat est triste : autant que le Monde existera, les lumières des villes continueront à jeter leur feux scintillants sur les plus riches comme sur les plus modestes. Les illuminations demeureront toujours les symboles d'aisance et de puissance, continuant à narguer les faibles et les malheureux dans une société ultra libérale où l'argent est devenu le grand maître à penser.

Seule la République - la vraie - serait capable de changer le destin des plus démunis. Mais cette république ne pourra exister que dans la mesure où l'esprit citoyen sera capable à un moment donné, de faire preuve de solidarité et de partage, ce qui n'est pas encore le cas à l'heure d'aujourd'hui.

Pierre-Alain Reynaud

Site internet : www.pierre-alain-reynaud.com

Mail : cafe.republicain@gmail.com

 

 

 

Posté par lerepublicain à 20:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

30 novembre 2012

La peur s'installe sur Marseille

scenes_de_crime002

Marseille, avenue de Saint-Antoine. Il est bientôt 21 heures. Une grosse cylindrée roule lentement. A hauteur de la Caisse d'Epargne, elle s'arrête soudain, en double file, phares éteints, seuls les feux de stationnement restant visibles. Le véhicule aux vitres teintées va rester là, immobile, pendant quelques minutes. Un peu plus loin, à moins de 100 mètres, le bar tabacs de la C... se prépare à fermer ses portes. A cette heure tardive, seuls quelques rares habitués sont encore présents à l'intérieur de l'établissement. A un moment donné, un homme sort du café, traverse la rue, emprunte le trottoir d'en face et se dirige visiblement vers son véhicule garé à faible distance de la place Canovas. Tout à coup, la grosse voiture démarre en trombe, et un passager du véhicule, vitre baissée sort un fusil d'assaut, genre Kalachnikov en ouvrant le feu sur le client du bar. Ce dernier a juste le temps de se coucher pour se protéger derrière la file de véhicules en stationnement. Mais le tueur semble avoir raté sa cible. La grosse voiture entreprend à toute vitesse une marche arrière, mais à cet instant précis, un bus se dirigeant vers la Viste vient contrer sa manœuvre, ce qui provoque le départ fulgurant de la puissante cylindrée. L'homme visé vient d'avoir une chance inouïe. Il échappe de peu à la mort et très certainement effrayé, s'enfuit dans une rue où il s'évanouit dans la pénombre du soir.

Voilà un exemple de ce qu'il se passe presque tous les jours à Marseille. Cette fois, par miracle, le meurtre a échoué. Mais demain que se passera-t-il ?

Selon les statistiques officielles et le journal La Provence, la ville de Marseille a connu un assassinat tous les 15 jours depuis le début de l'année 2012, ce qui correspond exactement à 24 personnes tuées sur fond de banditisme, sans oublier la dernière exécution en date d'un chauffeur de car scolaire abattu froidement ce lundi matin vers 8 h 30 par de jeunes voyous dans une brasserie de Mazargues pour quelques euros seulement.

Inutile de vous dire que la peur s'installe à Marseille, un peu partout.

C'est une constatation que chacun peut faire facilement à tout instant de la journée : N'importe où, et n'importe quand, des coups de feu peuvent éclater entre bandes rivales qui s'opposent dans la violence, ou tout simplement à l'intérieur d'un magasin pour un vulgaire vol de caisse ou de marchandises.

Les règlements de compte fleurissent en plein jour : vous êtes au restaurant ou à la terrasse d'un café, et soudain, une fusillade vient semer la terreur parmi les consommateurs et à travers la foule. Personnes blessées ou tuées, les victimes ont eu hélas la grande malchance de se trouver par hasard dans un lieu précis à un mauvais moment.

Comment enrayer une telle violence ?

Marseille devient peu à peu le Chicago des années 1900-1930.

Après une longue période de pègre où la cité phocéenne était contrôlée par les caïds d'un époque, Joseph Marini, Paul Carbone, François Spirito ou encore les frères Guérini, la ville redevint calme et l'apaisement gagna largement tous les marseillais qui se délectaient de vivre dans un lieu magique où bonne humeur, galéjades, boules et pastis accompagnent le superbe soleil méditerranéen.

Mais depuis une vingtaine d'années, la situation a bien changé. Si Marseille est devenue une très belle ville par sa réhabilitation et sa modernisation, elle souffre à nouveau d'une nouvelle délinquance qui envahit la plupart des banlieues et tout spécialement les quartiers Nord.

Surpopulation, chômage, pauvreté, précarité sont des facteurs incontournables d'une délinquance grandissante et d'une puissante criminalité.

Les trafics de drogue et d'armes qui se sont largement développés au cours des dix dernières années représentent aujourd'hui une impressionnante économie souterraine que l'on ne pourra jamais stopper.

Les truands sont très bien implantés et les bandes de voyous s'agrandissent chaque jour, se constituant d'éléments de plus en plus jeunes (dans les cités de la Savine et de Bassens par exemple, la délinquance commence à 11 ans …).

L'argent facile, les grosses voitures, et la grande vie sont les seuls objectifs d'une jeunesse qui n'a aucune envie de respecter les règles d'une société qu'elle rejette globalement.

Alors, l'énorme travail des associations et des travailleurs sociaux ne servira pas à grand chose. Quant à la police ou la gendarmerie, ses moyens sont devenus ridicules à l'heure actuelle, face à des individus très bien équipés en armes et en matériel d'attaque ; ces nouveaux truands n'ont aucune ligne de conduite et n'hésitent plus à tuer n'importe qui à n'importe quel moment, dès l'instant où une quelconque résistance s'impose à eux.

Premières conclusions

Marseille subit les pires violences. Les banlieues de l'Île de France sont également touchées. Mais le grand banditisme se s'arrêtera pas à ces régions. Déjà, il commence à se développer dans d'autres agglomérations françaises et touchera certainement d'ici 4 à 5 ans la plupart des petites villes de notre territoire.

La France est gangrenée. Notre jeunesse en subira un jour les graves conséquences. Mais, dans un temps très proche, c'est la République qui risque de basculer dans le désordre et l'anarchie. A titre d'exemple, je citerai les événements qui se sont déroulés au début de la Seconde Guerre Mondiale. A l'époque, la montée en puissance des extrémistes est très forte. La France capitulant devant l'Allemagne, l'Etat de Vichy s'installe le 10 juillet 1940, remplaçant le gouvernement républicain. Et le nouveau régime du Maréchal Pétain va s'imposer jusqu'au 20 août 1944 avec essentiellement pour alliés véritables des individus très nombreux et sans scrupule issus de la pègre et du grand banditisme.

En clair, la guerre des gangs qui dégénérera un jour ou l'autre en conflit civil de rue, chassera la République.

Pierre-Alain Reynaud et Eric Antoine Laugier

Site internet : www.pierre-alain-reynaud.com

Mail : cafe.republicain@gmail.com

 

Posté par lerepublicain à 20:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

21 novembre 2012

Le mariage pour tous : la grande mystification du pouvoir socialiste

rectangle_rouge010Le week-end des 17 et 18 novembre a été agité, partout en France, où les opposants au mariage gay se sont largement manifestés. A l'appel du collectif « La manif pour tous », d'importants défilés ont été organisés notamment à Paris, Lyon, Marseille, Rennes, Nantes et Toulouse atteignant une ampleur peu commune pour un sujet de société, et rassemblant ainsi plus de 100.000 personnes.

Alors que se passe-t-il ? Le projet de loi du mariage pour tous est-il désormais en péril ? Sans doute, à en croire les mouvements de plus en en plus nombreux qui touchent les citoyens certes, mais aussi les associations, et surtout l'ensemble des religions présentes sur le sol français. En dehors même de toutes idéologies, les chrétiens, juifs et musulmans ont privilégié les conséquences sociales du mariage homosexuel.

Il est clair que le « mariage pour tous » est un leurre proposé par un groupe de socialistes conduit notamment par François Hollande, Jean-Marc Ayrault, Najat Vallaud-Belkacem et Marisol Touraine qui portent l'idée déraisonnable de ce dessein. Il faut dire que ces responsables politiques ne voient essentiellement dans ce projet de loi qu'une manière de récupérer un électorat spécifique, celui d'ailleurs qui leur a permis d'accéder au pouvoir lors des dernières élections présidentielles et législatives. Dans la réalité, j'espère que ces mêmes responsables politiques ne pensent pas ce qu'ils disent publiquement, car s'ils étaient sincères dans leur propos officiels, ce serait une véritable aberration de leur part.

NON au mariage gay

Mais comment peut-on instituer une telle loi qui prévoit de surcroît en parallèle l'adoption d'enfants par des personnes homosexuelles ? Il faut bien comprendre que l'approbation de cette nouvelle législation supprimerait totalement les règles et les valeurs issues des civilisations, de la démocratie et de la religion : abrogation des notions fondamentales de la famille composée du père et de la mère, refonte complète du Code Civil, changement global des textes religieux que ce soit au niveau du christianisme, de l'islam, du judaïsme ou bouddhisme. Ce serait un tel bouleversement, que notre société subirait alors un séisme si violent que le monde en serait totalement secoué.

A titre d'exemple, faisons la simple supposition du vote de la loi instituant le nouveau mariage pour tous. Il y aurait donc deux unions distinctes : la première qui toucherait les couples hétérosexuels dont les futurs enfants connaîtraient normalement un père et une mère ; la seconde qui s'adresserait aux couples homosexuels dont la descendance issue uniquement de l'adoption ne pourrait jamais connaître les notions de père et de mère, la seule image de ces couples se résumant alors au statut de « parent 1 » et de « parent 2 ».

Il est donc hors de question qu'une telle loi vienne défigurer les bases mêmes de la cellule familiale traditionnelle qui a toujours guidé depuis la nuit des temps les peuples sur notre planète.

OUI à l'union citoyenne

A titre personnel, comme je viens de le dire, si je ne suis pas du tout favorable au mariage des homosexuels, j'estime toutefois de ces personnes, hommes ou femmes possèdent comme tous leurs compatriotes des droits réels dans la société que la démocratie doit reconnaître obligatoirement.

La République droit évoluer et il est indispensable que notre citoyenneté progresse en fonction des nouveaux courants de nos sociétés. Et c'est pour cette raison que je souhaiterais que le législateur envisage une union citoyenne (ou union républicaine) où les personnes homosexuelles pourraient s'unir et bénéficier des mêmes droits que tous les autres couples mariés, et notamment en matière de succession.

Adoption

La loi actuelle prévoit notamment que l'adoption est ouverte à toute personne âgée de plus de 28 ans (mariée ou non, vivant seule ou en couple).

Cette loi n'étant pas restrictive, elle s'appliquerait donc à toute personne qu'elle soit hétérosexuelle ou homosexuelle.

Conclusions

Avant de terminer cet article, je ferai référence à un homme d'exception, d'un très grand bon sens qui a fait autorité en France certes, mais aussi partout dans le Monde.

En 2005, dans son superbe livre « Mon Dieu … pourquoi ? » rédigé avec Frédéric Lenoir, il évoquait de nombreux problèmes liés à la sexualité et au mariage.

Entre autres sujets, il abordait l'homoparentalité et l'homosexualité. A ce sujet, il se déclarait contre le mariage homosexuel et y préférer une « alliance » homosexuelle, considérant que le mariage entre deux personnes du même sexe « créerait un traumatisme et une déstabilisation sociale forte. »

Pierre-Alain Reynaud

Site internet : www.pierre-alain-reynaud.com

Mail : cafe.republicain@gmail.com

Posté par lerepublicain à 18:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

15 novembre 2012

Cette vérité que réclame le peuple ...

jaures006

Les politiques sont-il des gens courageux ? A dire vrai, ils sont très peu nombreux à se montrer énergiques, volontaires et honnêtes.

Par définition, les politiciens utilisent très souvent le langage de bois, afin de se détourner des véritables problèmes qui jalonnent à chaque époque notre société.

Avec la crise que nous connaissons depuis 2008, ce défaut s'est accentué au niveau de la classe politique, que ce soit à droite ou à gauche. Et au moment de la campagne des élections présidentielles, aucun candidat à l'exception de François Bayrou, n'a soulevé les graves difficultés qui attendaient la France. En tête du mirage politique, François Hollande, alors candidat à l'Elysée qui faisait de grandes promesses en ignorant les méfaits de la dette publique et les dangers d'une économie moribonde. Elu président, l'ancien premier secrétaire du PS est devenu beaucoup plus prudent, évitant de parler clairement du marasme qui ronge gravement le Pays.

Ainsi, aujourd'hui encore, malgré le chômage qui ne fait qu'augmenter, malgré les souffrances que subissent un grand nombre de nos citoyens, François Hollande, comme son Premier Ministre Jean-Marc Ayrault, persistent à ne pas dire la VÉRITÉ au peuple de France ; alors que la majorité de nos compatriotes souhaite que le gouvernement fasse la clarté sur l'avenir de la France …

Décidément, le Président Hollande oublie les valeurs fondamentales de l'une des plus grandes personnalités socialistes du 20 ème siècle, Jean Jaurès.

Ce grand homme qui repose depuis 1924 au Panthéon avait toujours fait preuve d'une clarté politique, chose rare chez les élus de la Nation. Orateur de talent, généreux, persévérant, inébranlable, il fut toujours à la tête des mouvements sociaux pour défendre les travailleurs au cours de toute son existence. Pacifiste incontournable, son opposition à la Première Guerre Mondiale lui coûta la vie lorsque à Paris, le 31 juillet 1914, il fut abattu au Café du Croissant par un étudiant nationaliste.

« Le courage, c'est de chercher la vérité et de la dire » avait-il déclaré lors de l'un de ses nombreux discours restés à jamais dans la mémoire collective.

Cette phrase trop souvent oubliée devrait devenir un repère dans la vie politique. Hélas, à l'heure actuelle, nos élus ne font plus référence au courage et à la vérité. C'est plutôt la faiblesse ou le mensonge qui dominent dans le débat public.

Pierre-Alain Reynaud

Site internet : www.pierre-alain-reynaud.com

Mail : cafe.republicain@gmail.com

Posté par lerepublicain à 18:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

09 novembre 2012

Ayrault sauvé des eaux par ... Louis Gallois et Laurence Parisot

ayrault_gallois_parisot002

Alors que le gouvernement se félicite du rapport Gallois qu'il vient adopté, tout en le modifiant selon son propre intérêt (et non dans l'intérêt des français), Jean-Luc Mélenchon considère que dans ce rapport « tout est à jeter ». J'approuve la position de co-président du Parti de Gauche, même si je ne partage pas tous ses arguments bien différents de ceux qui sont les miens.

En fait, le rapport Gallois est une sorte de parade qui veut détourner l'attention de tous nos citoyens, en essayant de leur faire « avaler des couleuvres » à de simples fins électorales, notamment en ce qui concerne les prochaines municipales de 2014. Non pas que Louis Gallois (proche des socialistes) n'ait pas quelques talents que l'on retrouve dans certaines pages de son rapport. En apparence, ses propositions présentent un intérêt non négligeable, mais au final, il est clair qu'à l'arrivée les grands projets avancés risquent de ressembler à « la montagne qui accouche d'une souris ».

Alors, une soi-disant compétitivité peut-elle changer le sort de la France et des salariés ? Je répondrai tout de suite NON. Même si les entreprises font des efforts énormes pour se moderniser et investir, même si leurs charges sont allégées, comment peut-on lutter contre la Chine ou d'autres pays de l'Asie et de l'Europe de l'Est où les salaires sont démesurément bas ? Ce n'est de cette façon que l'on pourra remettre notre nation sur les rails.

Produire et vendre des produits de luxe. La France a toujours été un symbole international du savoir-faire et du luxe. Par exemple, voici quelques 60 ans, notre pays construisait et vendait des voitures de grand standing un peu partout dans le Monde. Les marques s'appelaient Delahaye, Delage, Bugatti, Talbot, Hotchkiss, Salmson, etc … Et même Renault ou Peugeot produisaient de très beaux véhicules : La firme de Boulogne-Billancourt conçut la très belle et luxueuse Vivastella dans les années 30-40, et plus tard, la fulgurante Alpine entrée à jamais dans la légende sportive. Quant au Lion de Sochaux, il imagina la célèbre 601 qui fit rêver longtemps les amateurs de grosses voitures.

Dans une autre secteur de production, la France fabriquait à une époque les plus belles chaussures du monde. Aujourd'hui, la ville de Romans, reste l'un des grands témoins d'un temps où cette industrie extrêmement florissante, faisait vivre des milliers de salariés.

Ainsi, la France pourrait facilement se remettre à l'ouvrage pour fabriquer ou développer tous les secteurs du luxe qui l'ont fait connaître pendant des siècles, un peu partout sur planète.

Ces branches privilégiées de l'économie fonctionneront toujours très bien quelle que soient les difficultés de l'économie à travers les âges : même en temps de grande crise, le luxe est toujours gagnant, en raison d'une classe sociale souvent très riche qui, elle ne connaît pas les restrictions : en général, les personnes fortunées n'examinent pas le niveau de leur compte en banque, et n'attendent pas non plus les soldes pour se faire plaisir. Le prix n'est pas pour elles un facteur d'achat ; seul l'envie et le coup de cœur stimulent stimulent les plus favorisés de notre société.

Aussi, pourquoi ne pas construire à nouveau des voitures de grand luxe qui pourront faire concurrence aux puissantes Mercédès, BMW, Audi, Porsche, Bentley ou Ferrari pour ne citer que les principales marques qui séduisent les plus grands fortunes du Monde ?

Pourquoi ne pas fabriquer et développer les réseaux de la mode et de la haute couture pour exporter des produits d'exception à travers tous les continents de la Terre ? Il est clair que le Pays tout entier s'y retrouverait très rapidement : emplois, salaires largement améliorés en raison des prix de vente élevés pratiqués sur les produits concernés, marchés à l'exportation en croissance continue , etc … etc …

Mais en apparence, les politiques ont d'autres projets, comme ils en ont eu déjà par le passé. Le problème récurrent est que la quasi totalité de ces projets ne fonctionne jamais. Et c'est la principale raison pour laquelle, notre nation se trouve dans la situation d'aujourd'hui.

Mais revenons au rapport Gallois qui a fait cette semaine la une de l'actualité.

Avec ce projet de 60 pages, le gouvernement Ayrault s'est un peu ragaillardi, trouvant enfin le souffle qui lui manquait. Un souffle positif largement cautionné par Madame Laurence Parisot qui n'a pas pas manqué de féliciter ledit gouvernement.

A croire que la Présidente du Medef vire peu à peu à gauche, ce qui d'ailleurs ne serait pas étonnant, si l'on considère parfois l'ambiguïté de certaines de ses positions au cours des années passées.

En résumé, avec le rapport Gallois, François Hollande et Jean-Marc Ayrault ont marqué leur premier point depuis leur arrivée au pouvoir. Ils paraissaient incapables de prendre une décision. Louis Gallois leur a donné du grain à moudre ce qui sauve momentanément leur incompétence tandis que Laurence Parisot venait leur apporter clairement son soutien. Quoi de mieux …

En parallèle, trop prise par ses querelles intestines pour désigner son futur président, L'UMP n'a pas réagi. Quelque part et bizarrement, elle s'enlise alors quelle pourrait monter au créneau pour dénoncer les erreurs du pouvoir. En fait, depuis le départ de Nicolas Sarkozy, la droite n'a plus de chef. Et dans un avenir proche, la situation risque de devenir bien compliquée pour une opposition qui se désorganise chaque jour un peu plus.

Cette faiblesse, si elle s'affirme, permettra à François Hollande de conserver passablement le cap pendant cinq ans et d'être réélu en 2017. A titre de comparaison, regardons le cas précis de Barack Obama. Le bilan du Président américain est largement négatif, notamment pour son action contre le chômage. Et pourtant il vient d'être porté à nouveau à la présidence des Etats-Unis. Dans ce contexte, le président Hollande n'a pas à s'en faire, et d'ailleurs, croyez-moi, il a confiance ! A suivre au fil du temps ...

Pierre-Alain Reynaud

Site internet : www.pierre-alain-reynaud.com

Mail : cafe.republicain@gmail.com

 

 

Posté par lerepublicain à 20:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

03 novembre 2012

La mauvaise politique de l'hiver - Appel du Café Républicain

sdf_dans_la_rue002

Depuis de bien longues années, le problème des sans-logis resurgit à l'entrée de l'hiver, sans pour autant qu'un seul gouvernement arrive à gérer convenablement la situation. Dans la réalité, compte tenu des temps passés, l'Etat aurait du trouver les solutions nécessaires afin que ce drame humain ne se reproduise plus aujourd'hui. Ayant rencontré à quelques reprises l'Abbé Pierre, je me souviens d'une dernière fois où je le vis extrêmement meurtri par le manque d'humanité de la classe politique qui l'écoutait certes, mais qui au final n'engageait aucun combat efficace pour mettre un terme à la misère et au désespoir de familles et d'enfants laissés dans la rue sans la moindre compassion.

« Je me suis battu toute une vie me dit-il, « et j'ai l'impression aujourd'hui de ne pas avoir avancé ! »

Quelque temps plus tard, le grand homme nous quittait, usé par une existence de lutte sociale, laissant derrière lui des milliers d'orphelins pour qui il était devenu une espérance et un père spirituel.

Depuis, faut-il le préciser, personne n'a su prendre la relève pour lancer ses fameux « coups de gueule » indispensables au réveil des consciences des politiques et de la société civile.

Ces derniers jours, Jean-Marc Ayrault, Premier Ministre, a promis la fin de la politique du thermomètre. Réalité ou effet d'annonce ? Nous verrons bien dans les mois qui arrivent … Toutefois, il serait important de régler en urgence les problèmes hivernaux qui produisent encore chaque année des centaines de victimes, malgré l'ouverture de nombreux centres d'hébergements toujours insuffisants dans l'époque douloureuse où nous vivons. Parler de l'été alors que l'on en arrive en plein dans l'hiver est assez ridicule. Mais nous savons très que Jean-Marc Ayrault se complet dans l'absurdité et dans l'amateurisme.

A l'heure présente, l'Etat ayant légalement tous pouvoirs sur ses ministères, devrait dans un premier temps réquisitionner immédiatement une multitude de bâtiments publics, aujourd'hui vides : casernes, locaux administratifs inoccupés, gares SNCF désaffectées, écoles fermées, etc … etc … Mais peut-être va-t-on me répondre que ces immeubles ne sont pas adaptés pour recevoir un public dans des conditions sanitaires conformes aux normes d'aujourd'hui. Si la réponse pourrait dans un sens être recevable, je considère toutefois qu'il faudrait mieux accueillir à titre provisoire les sans-abris dans ces structures peu confortables certes, mais suffisamment vivables, au lieu de les laisser dans la rue en plein froid sous une couverture ou sous un carton, ce qui reste en clair la situation la plus indigne pour la vie et le respect du genre humain.

Alors, qu'attend-on pour réquisitionner les biens immobiliers de l'Etat, et tout spécialement les anciennes casernes des villes de garnison qui sont déjà pré équipées pour recevoir des gens dans le besoin ? Ces casernes comportent des dortoirs, des cuisines, des points sanitaires (lavabos, douches et WC), des équipements de chauffage et des terrains de détente ou de sport … Tous les éléments sont réunis pour apporter un peu de bien-être à une population miséreuse et abandonnée.

Encore une fois, je crains une fois de plus, que l'Etat socialiste ne soit pas à la hauteur des événements.

Il est évident aussi que les gouvernements précédents n'ont pas réussi à trouver les solutions qui s'imposent. Et c'est fort dommage. Quant à leurs successeurs, Messieurs Hollande et Ayrault, ils vont aller dans le même sens, celui des sempiternelles paroles, jamais suivies de vrais actes positifs.

Alors, nous français, françaises, mobilisons-nous !

A cet effet, je lance un appel à tous ceux et celles qui pourraient offrir momentanément un logement à des familles sans toit, ou seulement indiquer une maison, un appartement ou un local habitable et susceptible de recevoir les plus malheureux.

Le Café Républicain se fait le relais de cette générosité et nous vous demandons de bien vouloir nous joindre par mail ou par téléphone pour nous apporter toutes informations utiles concernant les possibilités d'hébergement de tous ceux et celles qui souffrent dans le froid, envahis par la détresse physique et morale.

Pierre-Alain Reynaud

Site internet : www.pierre-alain-reynaud.com

Mail : cafe.republicain@gmail.com

Contacts : SANS-ABRIS - ALERTE

Mail : cafe.republicain@gmail.com

Fax : 04.88.71.42.89

Tél : 06.29.23.45.35

 

Posté par lerepublicain à 20:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

29 octobre 2012

Les prédictions inquiétantes ...

livre001Voici quelque temps, par un pur hasard, je faisais la découverte d'un livre qui allait se révéler par la suite fort intéressant. C'était à Paris dans la « boite verte » d'un bouquiniste installé sur le quai du Louvre. Je venais de lui acheter quelques livres anciens dont je raffole et le vieux monsieur qui tenait commerce à cet endroit me fit un petit cadeau consistant en deux livres : l'un de Sartre (les chemins de la liberté) et l'autre d'un auteur énigmatique dont le nom avait disparu. L'ouvrage avait particulièrement jauni, et se trouvait mutilé de sa couverture ainsi que d'un certain nombre de pages à jamais détachées.

Les seuls indices qu'il portait se résumaient dans sa date d'impression remontant en 1955 et dans le nom de son imprimeur, un dénommé Berthaud résidant alors à Lausanne. J'ai bien essayé de retrouver les traces anciennes de ce typographe, mais aucune indication ne m'a permis de découvrir une piste qui m'aurait conduit vers cet artisan et pourquoi pas, vers l'auteur de cet écrit.

Ainsi, ne disposant pas du titre de ce livre, ni de l'identité de son créateur, ma curiosité m'incitait à lire les pages existantes pour découvrir le contenu partiel de cet ouvrage.

Immédiatement, en prenant connaissance des premières lignes, je constatais qu'il s'agissait d'un écrit portant sur l'avenir du Monde avec une perspective bien au delà des années 2000, et telle que certains visionnaires pouvaient se l'imaginer dans cette période des années 50. Il est toujours intéressant d'appréhender le regard qu'ont eu nos aînés pour les horizons d'une société dans laquelle nous vivons aujourd'hui et dont nous connaissons parfaitement les valeurs et les défauts.

Ainsi, l'auteur inconnu imaginait une nouvelle planète où domineraient entre autres progrès des techniques d'avant-garde : robotisation totale des maisons et même des véhicules automobiles se déplaçant sur coussins d'air et … sans chauffeur !

Je ne m'étendrai pas ici sur les différents sujets abordés dans ce livre qui demeurent fort nombreux et qui développent une vision sérieuse des sciences futures et de la médecine moderne. La plupart des prédictions avancées se sont révélées fort justes et se sont réalisées au cours de ces dernières décennies.

Mais le grand intérêt que j'ai pu retenir de cet ouvrage demeure dans les prédictions politiques et économiques de la planète. La grande crise financière du début du 21 ème siècle constatée en 2008, la prépondérance chinoise, le bouleversement européen, la révolution de certains pays du continent africain y figurent clairement.

Évidemment, les hypothèses de l'auteur restent parfois imparfaites, mais globalement elles s'avèrent assez précises sur les bouleversements sociaux que nous vivons aujourd'hui et sur ceux qui feront le monde de demain.

Ainsi, les annonces de ce livre demeuré dans l'oubli nous conduisent vers un avenir douloureux mais bien réel quand on sait à l'heure actuelle que notre planète est en véritable mutation, avec de forts changements prévisibles dont les conséquences seront bénéfiques pour certains pays, mais désastreuses pour d'autres.

Il est évident que l'auteur inconnu de ce livre était un véritable visionnaire. Et en dehors des nombreuses prédictions avancées, trois s'affichent essentiellement :

a/ les révolutions en marche qui atteindront bientôt la plupart des pays de l'Europe dont notamment la France (le livre cite une période révolutionnaire entre 2011 et 2017),

b/ les divers bouleversements européens qui atteindront de plein fouet la démocratie pouvant faire basculer certaines nations dans une dictature militaire ou extrémiste,

c/ l'islamisation probable dans la seconde décennie du notre nouveau siècle de quelques pays de l'Europe du Sud, voisins des rives de la Méditerranée.

Doit-on donc s'inquiéter ? Sans doute, certes, mais après tout, ce n'est qu'un livre et rien de plus. Cependant, les prévisions sont tellement précises que l'on ne peut pas rester impassible devant son contenu. Elles vont parfois dans le même sens que celles de Nostradamus qui avait prédit à son époque, de grands événements devant bouleverser le 21 ème siècle.

Côté politique, le même Nostradamus avait avancé qu'il y aurait certainement une alliance entre les Etats-Unis et la Russie pour faire front à la montée de certains périls venant du Moyen-Orient. Toutefois, notre écrivain inconnu ne va dans ce sens là : il envisage plutôt une nouvelle Russie, plus proche de la Chine que des USA, et composée de la quasi totalité des pays de l'Est comme elle le fut au temps de l'Union Soviétique.

Mais le plus important au final, c'est l'Europe communautaire d'aujourd'hui qui devrait disparaître. Ainsi, dans cette hypothèse, quelques pays se regrouperaient pour constituer alors un nouveau continent européen, biens distincts des autres nations proches du bassin méditerranéen, ces dernières largement soumises aux influences africaines.

Ce sont les dernières conclusions de ce livre passionnant dont je n'ai pu encore retrouver l'auteur à l'heure d'aujourd'hui, hélas !

Si parmi les lecteurs ou les lectrices de cet article, il existe des personnes qui auraient eu connaissance de cet ouvrage, je les remercie par avance de me contacter en raison du fort intérêt que je porte à ce livre dont la parution en édition semble remonter au début des années 50.

Pierre-Alain Reynaud

Site internet : www.pierre-alain-reynaud.com

Mail : cafe.republicain@gmail.com

 

 

 

Posté par lerepublicain à 18:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

19 octobre 2012

Crimes et châtiments

crimes_et_chatiments003

Au nom d'un certain Islam, la violence perpétrée contre les juifs relève d'une réalité sinistre. Et de ces faits lamentables, nous ne nous pouvons éviter de penser aux horreurs commises par l'Etat de Vichy au cours des douloureuses périodes de la France entre 1940 et 1944.

Partout sur notre territoire, ces agressions et sauvageries se multiplient et bientôt, si le gouvernement n'agit pas avec fermeté, c'est toute la population de notre Pays qui deviendra la cible des cellules terroristes en présence.

Il est donc extrêmement urgent de prendre des mesures draconiennes contre ces individus dont les agissements sont absolument intolérables, aucune excuse ne pouvant être invoquée à quelque titre que ce soit.

Contrairement à certains événements relevés dans le passé, le terrorisme ne vient plus de l'étranger, mais de l'intérieur même de la Nation où des citoyens de nationalité française agissent contre la République et la démocratie.

Alors qui sont « ces français » qui en veulent tant à la France, à l'occident en général, et en particulier à la communauté juive ? Quand on examine les individus qui composent ces groupes terroristes, on constate tout de suite qu'ils sont issus en général de l'immigration, et qu'ils ont acquis par la suite la nationalité française. Leurs méfaits, leur attaques, et leurs crimes commis au nom de l'Islam portent évidemment un fort préjudice à l'ensemble des musulmans, du reste souvent montrés du doigt par des populations devenues xénophobes.

Il est évident qu'en la matière, la législation s'avère complexe. Pour les personnes ayant obtenu la nationalité française au cours de leur existence, donc de fraîche date, la loi devrait prévoir une condition suspensive de cette même nationalité pendant une période dite « d'essai » pendant laquelle son bénéficiaire pourrait voir son annulation dans des situations graves où les règles fondamentales de la république n'auraient pas été respectées. En évidence, cette annulation de la nationalité française ne pourrait se réaliser qu'après un procès pénal suivi d'une décision d'Etat assortie d'un recours administratif possible, en cas de contestation.

A côté du cas ci-dessus considéré par la loi comme une naturalisation, la situation la plus courante se situe dans la personne qui est française du simple fait de conditions de sa naissance. Ici, il est impossible de prévoir une suspension ou une annulation de la nationalité française pour l'individu qui présente un comportement relevant de l'indignité nationale. Et pourtant, une sanction autre que la condamnation pénale devient maintenant indispensable.

En résumé, deux cas précis sont en présences :

1. Citoyens ayant acquis la nationalité française par attribution ou naturalisation.

En cas de graves faits reconnus contre l'Etat et de crimes qualifiés d'actes terroristes, ces personnes seront passibles d'un retrait provisoire ou définitif de la nationalité avec la possibilité d'être reconduits dans leur pays d'origine.

2. Citoyens titulaires de la nationalité française par la naissance.

Dans un cas de faits graves similaires à ceux évoqués ci-dessus et reconnus par la justice, ces personnes perdront tous leurs droits civiques et les avantages qui s'y rattachent. Par exemple le droit de vote et d'éligibilité aux élections locales et nationales, la possibilité d'accéder à certaines aides et assistances, de percevoir diverses allocations, de bénéficier d'une pension ou de toutes autres indemnités pensions, etc… etc …

Nature des faits pouvant entraîner la perte de nationalité française ou des droits civiques.

Comme indiqué ci-dessus, les faits invoqués doivent être très graves : atteintes violentes à la sûreté de l'Etat et la République ; crimes terroristes envers les populations sous formes d'attentats ou de simples agressions isolées ; crimes contre certaines catégories d'agents de l'administration publique : policiers, gendarmes, militaires, douaniers, enseignants et éducateurs, tous, représentant les valeurs et l'autorité du pouvoir démocratique.

Voilà donc des mesures que tout gouvernement devrait prendre afin de rétablir rapidement la stabilité de la République, aujourd'hui bien mise à mal dans le contexte actuel.

Fomenter un complot contre la France et contre son peuple, commettre des crimes envers des civils ou des militaires, accomplir des actions relevant du terrorisme ou des attentats, sont des faits extrêmement graves qui exigent des peines très fortes, sans aucune circonstance atténuante.

De tels crimes doivent être suivis des châtiments qui s'imposent, et ces châtiments doivent être exemplaires.

Pierre-Alain Reynaud

Site internet : www.pierre-alain-reynaud.com

Mail : cafe.republicain@gmail.com

 

 

Posté par lerepublicain à 20:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,